Les croyances et expressions inspirées par le pachyderme !

Le cimetière des éléphants

Selon une ancienne croyance européenne du XIXème siècle, il existait un endroit où les éléphants d’Afrique se rendaient d’eux-mêmes pour aller mourir : le cimetière des éléphants. Cette légende, bâtie sur la découverte de groupes de squelettes d’éléphants dans un même endroit, attisa la convoitise de nombreux chasseurs d’ivoire qui y entretient la possibilité d’un nouvel Eldorado.

Elle a été depuis infirmée par les zoologues, argumentant que de nombreuses autres explications peuvent expliquer ces découvertes. Première explication plausible : les éléphants âgés, sur le point de mourir, se regroupent là où la nourriture et l’eau est accessible sans effort. Seconde explication : ces groupements de squelettes d’éléphants, retrouvés sans leurs défenses, étaient sans aucun doute l’oeuvre d’un groupe de chasseurs… Malgré tout, la légende du cimetière des éléphants a continué à nourrir la culture populaire. Aujourd’hui, on l’utilise au sens figuré pour désigner le déclin de personnes et objets autrefois valorisés.

Pantalons patte d’éléphant

Pantalon iconique des hippies, omniprésent dans les rues et festivals dans les années 70, multicolore et assorti aux inévitables tee-shirt tie and dye, le pantalon à pattes d’éléphant est un pantalon serré aux genoux et large en bas des jambes. S’ils trouvent leur origine dans la marine américaine au XIXème siècle (ils étaient pratiques pour enlever sans devoir ôter ses bottes !), ce n’est qu’à partir des années 60 que les pantalons «pattes d’eph» se retrouvent sur le devant de la scène. D’abord portés par les femmes sur les défilés de haute-couture, ce sont les années 70 qui l’ont transformé en pantalon mixte et populaire, symbole de la contre-culture. Aujourd’hui, il renaît sous la forme du “jean flare”, plus chic que son ancêtre, et, selon de nombreux critiques mode partisans de la silhouette galbée qu’il crée, sur le point de gagner la bataille contre le jean slim…

Les éléphants ont-il peur des souris ? 

Le mythe selon lequel l’éléphant aurait peur des souris (et des petits rongeurs en général) car ils pourraient se coincer dans sa trompe est une légende ancienne… et qui pourtant n’a jamais été avérée ! En effet, rien ne prouve que les éléphants auraient peur des souris, et même si un rongeur se coinçait dans leurs trompes, ils n’auraient aucun mal à l’en expulser. Si des études comportementales ont bien montré que les éléphants peuvent être nerveux en présence de petits animaux, il s’agit davantage d’un signe d’agacement que d’un symptôme de peur. Diverses études ont par ailleurs cherché à confirmer le mythe, sans succès : en présence d’une souris, les éléphants montrent surprise ou indifférence, mais certainement pas de la peur !

Les éléphants dans l’histoire

Au cours de l’histoire, les éléphants ont tour à tour été utilisés comme arme de guerre, moyen de transport, instrument de torture ou encore offrandes royales… En Asie du Sud et du Sud-Est, notamment en Inde, on utilisait des éléphants pour écraser, démembrer ou torturer les prisonniers lors des exécutions publiques : certains pachydermes étaient même spécialement dressés dans ce but ! Utilisée dès le IVème siècle avant J.C., cette pratique aurait perduré jusqu’au milieu du XXème siècle… Si les Romains et les Carthaginois ont également utilisé ce mode de torture pour punir les mutineries de soldats, ils se servaient surtout des éléphants comme moyen de transport et comme arme de guerre : véritables chars d’assaut vivants, ils ont été utilisés par Alexandre le Grand lors de sa conquête de l’Empire Perse ou par Hannibal lors des guerres puniques opposant les Carthaginois aux Romains. Le passage des Alpes par Hannibal, notamment, est entré dans la légende. Toutefois, certains éléphants étaient voués à un destin plus noble, notamment les éléphants blanc en Asie, sacrés et offerts aux Princes en offrandes.

Les éléphants dans la culture

Symboles de sagesse dans la culture asiatique, les éléphants sont des animaux respectés, à la fois protégés et vénérés, dans les religions bouddhiste et hindoue. Bien qu’on ne trouve pas d’éléphants ailleurs qu’en Afrique et en Asie, la culture occidentale s’est inspiré de ces animaux pour les élever en symboles à sa façon. Autrement dit, en icônes populaires ! En effet, les éléphants sont omniprésents dans la culture populaire. On ne compte plus les films qui font des éléphants des personnages centraux (De l’eau pour les éléphants, Elephant Boy), sans compter les innombrables dessins animés dont les éléphants sont les héros (Dumbo, Babar…). En littérature jeunesse (Elmer, l’éléphant multicolore, Le Livre de la Jungle…) ou adulte (Les Racines du ciel, Le Voyage de l’éléphant…), les éléphants sont des personnages de fiction très plébiscités. L’éléphant est également à l’origine de nombreuses expressions (“voir des éléphants roses”, “avoir une mémoire d’éléphant”…) et a inspiré des créatures de fantasie telles que les oliphants du Seigneur des Anneaux.

La problématique des safaris 

La cohabitation entre l’éléphant et l’homme n’a pas toujours été simple : durant des millénaires, l’homme a chassé le pachyderme pour sa viande ou pour l’ivoire de ses défenses, avec lequel il fabrique bijoux et objets décoratifs. Aujourd’hui, l’homme est le seul prédateur de l’éléphant et à l’origine de nombreux dégâts : malgré toutes les mesures prises par les ONG et organismes gouvernementaux de protection des animaux, le braconnage perdure en Afrique et en Asie, et a même tendance à s’intensifier, au point que l’on prédit qu’en 2025, l’éléphant des forêts africaines aura disparu d’Afrique centrale… Parmi les mesures prises pour protéger le pachyderme, classé parmi les animaux “vulnérables” ou “en danger” selon les espèces, les parcs nationaux sont très controversés. En effet, circonscrire les éléphants à un espace réduit n’a pas contribué à les protéger. Au contraire, cela aurait créé une surpopulation d’éléphants qui a incité les autorités des pays d’Afrique (notamment l’Afrique du Sud avec le Parc Kruger) à abattre des éléphants pour préserver l’équilibre de l’écosystème dans ces réserves…

Est ce qu’un éléphant est intelligent ? 

L’éléphant fait partie des animaux les plus intelligents. Ce n’est pas pour rien qu’il symbolise la sagesse en Asie et la mémoire en Occident ! L’éléphant présente en effet plusieurs caractéristiques qui sont le signe d’une intelligence avancée. Tout d’abord, il possède une conscience de lui-même. Avec l’être humain, le dauphin, le corbeau et certaines espèces de grands singes, c’est l’un des rares animaux à avoir réussi le test du miroir de Gallup, qui consiste à marquer le front de l’animal et de voir comment il réagit : s’il tente d’enlever la tache sur lui-même (ce que l’éléphant fait avec sa trompe), c’est la preuve qu’il a reconnu que le miroir lui présentait sa propre image.  De plus, l’éléphant est aussi capable, comme l’être humain, d’utiliser des outils avec un but bien précis, que ce soit pour se défendre (en saisissant une pierre avec sa trompe pour la lancer sur un ennemi, par exemple) ou pour se gratter ou se nettoyer.

Vous l’aurez compris l’éléphant du web est fan des pachydermes ! Découvrir notre guide de l’éléphant du web !

Submit your review
1
2
3
4
5
Submit
     
Cancel

Create your own review

Average rating:  
 1 reviews
by Anonymous on Blank Business Name

Ces animaux sont d'une beauté ! Merci pour cet article 😉